A Venir

Outre des cours réguliers à l’ENSAD TALM, site de Tours, et une chronique non moins régulière (Atlas des arts) dans Raison présente :

– Publications : 

Septembre : dans ThéâtrEpublic : La symptomatique nécessité du cri, un exercice esthétique au théâtre, 2016-2017, n° 229

Le 11 octobre : Histoire de la philosophie, Paris, La Découverte, 5° Edition

Le 15 octobre : un article sur Goethe en spectateur, in L’Étrangère, n° 47-48

Novembre :Les contours d’un archipel artistique et scientifique, in Plastir, N° 52

– Organisations d’un colloque entre deux temps : 

Thème : Le sensible, objet et principe de partage
      – 13 décembre, Musée des Beaux-arts de Tours
– 31 janvier 2019, idem, 2° partie

– Participations :

Le 16 septembre : Mac/Val, sur invitation de PEROU : lecture d’un texte déroulant un argument plaidant pour l’inscription de l’hospitalité au patrimoine mondial de l’humanité.

Le 17 octobre 2018, 15 h 30 : Cycle portant sur Architecture et errance, Intervention sous la direction de Abdelkader Damani et Gilles Rion : Polyphonie de l’errance.
Résumé : Il y a une manière rassurante de parler de l’errance qui consiste à répéter le discours commun : l’errance coïnciderait avec une dissolution de soi et un égarement de la raison. Mais si telle est la seule signification du terme, souvent rapportée au personnage de Don Quichotte, alors on ne peut guère penser une architecture de l’errance. Au mieux, pensera-t-on une architecture pour l’errance, qui consisterait à la dissoudre. Or, aucun terme ne devrait subir une telle pression, au point de laisser croire en un sens unique. Durant la première séance de ce cycle, nous essayerons de penser l’errance non pas en termes figés, mais en termes de distribution de significations et de valeurs possibles. Nous montrerons ainsi que le terme d’errance est susceptible d’une réinvention perpétuelle, qui met aujourd’hui en opposition Don Quichotte et Édouard Glissant, par exemple.

Novembre : ENAP, Agen, intervention sur la formation culturelle
Et sans doute au théâtre Massalia à Marseille : sur les Parcours d’éducation artistique